mercredi 23 octobre 2013

Acte 1 EXTRAIT : Une station orbitale où quelque chose ne tourne pas rond.



Acte 1- Scène 2
(Al Horowitz ; Sayana Henata)
Lumière à  cour, un coffrage blanc avec un matelas. Le cosmonaute est allongé dessus et semble dormir. Une femme est debout avec un petit bloc-notes électronique et un stylet. L’homme s’éveille lentement.
Lt Henata : Bonjour Al (Il  la regarde sans comprendre) Vous vous souvenez de moi ?
L’homme se redresse mais semble être pris de vertige.
Lt Henata : Doucement  Al. Vous êtes resté longtemps endormi.  Vous souvenez vous de moi ?
Al Horowitz : Oui. Vous êtes le lieutenant Sayana Henata. L’officier scientifique de Constellation 3.
Lt Henata : (notant systématiquement les réponses sur son bloc-notes) Qui sont les autres membres d’équipage ?
Al Horowitz : La commandante Margareth Quémener, l’officier principal de la station ; Barnabé St Louis- agent de communications et ….
Lt Henata : et…. ?
Al Horowitz : la capitaine Louise Gertosio, l’officier en second de la station
Lt Henata : Très bien. Et vous Al ? (Un temps) Qui êtes-vous ?
Al Horowitz : Al Horowitz, agent de maintenance de la Cie « Nouveaux Horizons », sur la station orbitale semi-militaire N°3 catégorie Constellation et….qu’est-ce qu’on fait là ? Pourquoi toutes ces questions ?
Lt Henata : Vous rappelez vous de ce qui s’est passé ?
Al Horowitz : Je ne me souviens plus de grand-chose … à part vos noms et mon travail.
Lt Henata : (délaissant un instant son bloc-notes) Vous avez eu un grave accident.  Les moteurs qui permettent à la station de tourner autour de son axe et d’exercer une force centrifuge ont eu une défaillance. Vous comprenez ce que ça signifie ?
Al Horowitz : Oui. Ils permettent de maintenir la gravité sur Constellation 3. C’est pour cela que nous ne flottons pas. Une défaillance dites-vous ?
Lt Henata : Vous êtes sortis, vous et la commandante Quémener. Les automates ne pouvaient pas réparer, aucun programme de prévu pour cette opération. Mais à deux, vous pouviez réactiver le tout manuellement. Vous vous en souvenez ?
Al Horowitz : Non.
Lt Henata : Le moteur N° 3 a explosé alors que vous étiez tout près. Votre…votre câble d’arrimage a été sectionné. Votre scaphandre a heurté une des poutrelles du module scientifique de la station. La commandante vous a récupéré in-extrémis…avant que vous ne dériviez dans l’espace. (Un temps) Vous ne vous souvenez vraiment de rien ?
Al Horowitz : Non.
Lt Henata : Le choc traumatique. Il faudra sans doute plusieurs jours avant que vous ne retrouviez la mémoire. Vous vous sentez bien ?
Al Horowitz : Oui. Je crois. (Un temps) Un des moteurs a explosé ?
Lt Henata : Oui. La station était sens dessus dessous. Plus de gravité. Comme dans ces vieux documentaires où les premiers astronautes flottaient  dans leur module.
Al Horowitz : J’ai eu de la chance. J’aurais pu mourir. Comment avez-vous réparé ?
Lt Henata : Apogeios 1 nous a envoyé une navette et du matériel de rechange par le biais de la Cie. Ca a pris des heures pour remettre les moteurs  en route. Tout a été heureusement  remis en ordre.
Al Horowitz : Sauf ma mémoire apparemment. Je ne me souviens absolument de rien. Qu’est-ce qu’Apogeios ?
Lt Henata : Vous ne souvenez plus d’Apogeios ? La ville orbitale autour de la Terre. Elle a été construite à la fin du 21ème siècle. D’autres sont en projet près de Mars et de Titan. Vos souvenirs ont du être endommagés suite à l’accident. Ils devraient revenir… Dans le cas contraire, il vous faudra suivre un programme de réadaptation.
Al Horowitz : En quelle année sommes-nous ?
Lt Henata : 2318.
Al Horowitz : 2318….Pourquoi est-ce que j’ai l’impression d’avoir dormi 3 siècles ?
Noir.
Acte 1- Scène 3
(Al Horowitz ; Barnabé St Louis, Margareth Quémener)
Le visage d’Al, seulement éclairé par la même lumière claire.
Al Horowitz : La première discussion après l’accident. Avec le charmant officier scientifique Senaya Henata. Quelque chose ne va pas. Il y avait cette émotion dans sa voix lorsqu’elle a évoqué l’accident. Je me souviens de tout l’aspect technique sur cette station. 567 opérations de maintenance dont 456 peuvent être effectuées par les neuf automates opérationnels. Les autres travaux sont de mon ressort. 43 nécessitent des pièces de rechanges dont 12 ne peuvent être acheminées que par la navette de ravitaillement venant d’Apogeios 1. Cette ville,  je l’ai appris durant cette semaine, accueille plus de 100 000 habitants et  ce qui n’était au départ qu’un prototype technologique est devenu au bout de presque 200 ans une évidence. L’homme peut vivre dans l’espace. Nous avons colonisé dans la foulée la planète Mars, les habitations troglodytiques ont remplacé les premières bases martiennes du début du 22ème siècle.  Oui, j’ai appris tout cela. Nous possédons d’excellents programmes…de « réadaptation ». (Un temps)  Mais je reste incapable de me souvenir de ce que je partageais avec les autres membres de l’équipage.
Le visage de Barnabé St Louis apparaît de profil à l’autre bout de la scène à jardin, éclairé par des lumières vertes. Il porte une petite oreillette avec un micro.
Barnabé – Oh Al,  tu dors mon vieux ? Il est un peu tôt pour rêvasser du coté obscur de la lune.
Al Horowitz : Tout va bien, Barnabé. La carte d’orientation automatique de l’antenne parabolique est morte. Je vais devoir la changer. Nous risquons de manquer de communications avec la Terre quelques heures encore.
Barnabé – (Sarcastique) Pas d’infos venant de la Terre ? Ne sois pas si pressé de réparer. (Plus sérieusement) Et puis, tu dois te reposer entre chaque sortie, ordre du lieutenant Henata et…ta jauge d’oxygène est de 35 %, tu vas devoir  recharger avant de t’occuper de cette fichue carte. Tu y penseras Al ?
Al Horowitz : Je ne pense qu’à ça.  Je rentre. (Un temps)  Barnabé ?
Barnabé – Oui ?
Al Horowitz On pourra parler de la planète rouge tout à l’heure ?
Un temps.
Barnabé – Dépêches-toi de rentrer.
Noir sur le visage d’Al. Le comédien sort de scène.
Lumière plus dense à jardin. On voit un cube blanc et un écran d’ordinateur. Barnabé est assis dans un fauteuil. Une femme entre sur scène.
Barnabé – Commandante…
Cdt Quémener : Tout va bien ? Je vous ai entendu communiquer sur l’intercom général.
Barnabé – J’ignorais que vous étiez à l’écoute. Oui, il a l’air d’aller bien, un moment de flottement si je peux dire.
Cdt Quémener : Votre sens de la dérision me fatigue.
Barnabé – J’essaye de faire bonne figure vu les circonstances. Vous comptez lui dire quand ? Sur ce qui s’est vraiment passé.
Cdt Quémener : Lui dire ? Dois-je vous rappelez que nous avons des directives et si vous tenez à votre prime de salaire qui vous permettra d’acheter cette maison sur la côte en Floride je vous conseille de tenir votre langue…
Barnabé – C’est bon, j’évoquais juste l’hypothèse que…
Cdt Quémener : Gardez vos hypothèses ou vous pourrez continuer à admirer la Terre de cette station,  sous contrat et pendant 3 années supplémentaires.
Barnabé – C’est bon, je vous dis. N’y pensons plus.
Cdt Quémener : (Autoritaire) St Louis, vous n’êtes pas militaire, je n’ai aucun ordre à vous donner sauf si cela concerne la sécurité de cette station. Et si notre agent de maintenance apprend la vérité, son travail risque de s’en retrouver affecté. Cela peut nous mettre tous en danger. Des réparations critiques, autrement plus importantes que cette antenne, ne peuvent pas être effectuées par les automates mais uniquement par lui.
Barnabé – (lentement mais soutenant son regard) Je ne dirais rien.
Cdt Quémener : Comme les autres membres de cette station ! La Cie a eu des ordres formels.  (Un temps, elle se déplace face public) Où en est sa mémoire ?
Barnabé – Je n’ai rien à lui à apprendre sur la station, il a des bases normales pour la mémoire courante mais il n’avait pas une info valide sur l’évolution spatiale de ces deux derniers siècles, j’ai passé la semaine à lui faire les programmes de base sur Apogeios 1 et les colonies martiennes. D’ailleurs à ce propos…
Cdt Quémener : Oui ?
Barnabé – Il pense beaucoup à Mars. Vous saviez combien cela comptait pour lui. Et pour la capitaine Gertosio aussi.
Cdt Quémener : Ce n’est plus d’actualité. Et la Capitaine Gertosio est une professionnelle, elle saura faire face.
Barnabé – Je n’en suis pas si sûr. Elle l’évite soigneusement depuis…l’accident. J’ai peur qu’elle craque.
Cdt Quémener : Ne sous-estimez pas les femmes, St Louis. Depuis des décennies nous avons prouvés que nous étions bien meilleures. C’est pour cela que j’ai la responsabilité de cette station et que vous êtes un simple agent de communication. La capitaine saura faire face.
Un bip grave se fait entendre.
Al Horowitz (Voix off) : Je suis dans le sas. Pressurisation enclenché, Barnabé.
Barnabé – La supériorité féminine…Je vous l’accorde, vos études vous ont permis d’être commandante de bord ou pour le cas du lieutenant Henata, officier scientifique. Mais dès qu’il s’agit de visser un boulon dans l’espace ou de brancher correctement un câble c’est toujours un homme qu’on envoie.
Cdt Quémener : Débat stérile et sans intérêt. Il arrive…Continuez les programmes de base. Et qu’il retourne ensuite réparer cette fichue parabole. Pas de temps de sommeil entre les sorties. J’attends des messages importants.
Elle sort à cour.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire